Danse et Percussions corporelles

LE RYTHME APPELLE LE RYTHME

En Afrique, la musique fait partie intégrante de la vie quotidienne. L’enfant qui arrive est accueilli par des cérémonies où un afflux de rythmes l’entourera toute sa vie. Ainsi l’enfant africain grandit dans un univers polyrythmique familier aux perceptions profondes qui l’ont accompagné pendant les neuf premiers mois.

Quand nous frappons des mains en rythme lors d’un concert, nous sommes tous réunis dans la musique et dans le même temps !

Chaque enfant est un artiste. Dès sa venue au monde, le premier sens actif est l’ouie. Le bébé est ainsi naturellement doué pour mémoriser les rythmes. le rythme est rassurant et apaisant, il crèe le lien et le contact !

Apprendre les rythmes, les sentir dans son corps et les chanter développe la musicalité et la pratique de la coordination. Ecouter les autres, respecter le tempo sont des règles d’autodiscipline à appliquer dans le jeu.


Aptitudes développées

Attention et concentration
Rapprochement avec les autres
Créativité
Coordination individuelle et collective

Autres avantages

Ouverture d’esprit
apaisement
Apporte bonne humeur et convivialité


Les artistes

Ibou Ndiaye

Musicien percussionniste Sénégal

Ibou N’Diaye a grandi à Dakar dans une famille de griots et artistes : Sa mère danseuse dans le Ballet national, son père directeur des « Ballets Cinémeu », son grand-père le percussionniste de renommée mondiale Feu Doudou N’Diaye Rose. Ces grands artistes ont éduqé Ibou des son plus jeune âge. À 13 ans Ibou commence au Ballet national, rapidement soliste il part en tournée au Japon et à Taiwan. De même, avec l’aide de Kissima Diabaté il a fondé son propre groupe, Back Yaye. A Dakar Ibou a joué avec les troupes « Ballet Forêt-Sacré », « Ballet Daniel Brotie ». Actuellement, Il enchaîne workshops et concerts avec des grands artistes de jazz et de worldmusic partout dans le Monde. (voir plus)


Alidou Yanogo

Danseur, chorégraphe

Né en 1976 au Burkina Faso, Alidou a été formé à l’école des « Pas Traditionnels », puis il a complété sa formation en France en danse contemporaine. Très à l’aise dans les créations traditionnelles et modernes, il fonde sa propre compagnie, la Cie Yiriba, en 2007 à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso dont il devient le chorégraphe. Il continue, en parallèle, à travailler comme assistant chorégraphe et danseur de la Cie Yaala. Alidou Yanogo a participé à trois reprises au Festival de Rencontres professionnelles Dialogue de Corps ainsi qu’au Défilé Chorégraphique mis sur pied par la Cie Salia ni Seydou au Festival Danse à Lille. Très actif depuis son arrivée 2009 en Suisse romande, il se fait vite remarquer et remporte en 2012 le 1er prix aux performances Juillet danse à Fribourg : « african spirit ». En 2012 Il a monté sa compagnie « Donsen » basée à Genève. En mai 2013 il présente sa création : « Marbayassa au Théâtre du Galpon et joue à guichet fermés.(voir plus)